Lingot d’or d’une once rempli de tungsten trouvé en plein milieu du quartier des bijoutiers à Manhattan

une once rempli de tungstenC’est une chose que des lingots d’or remplis de tungstène fassent surface au Royaume-Uni ou en Allemagne : après tout hors de vue et de l’autre côté de l’Atlantique veut certainement dire loin de toute sécurité. Toutefois, quand un lingot d’une once en or 999,99, portant le poinçon de l’association suisse très réputée Produits Artistiques Métaux Précieux (autrement dit PAMP, propriété MTP) ainsi qu’un numéro de série (série #038892, probablement réhypothéqué dans au moins dix fonds indiciels côtés d’or autour du monde, mais c’est une autre histoire), émerge mystérieusement au cœur du plus grand quartier mondial spécialisé dans la bijouterie et les métaux précieux, situé sur la 47ème rue de Manhattan, les évènements s’enchaînent rapidement. Il y a quelques temps, Myfoxny signalait qu’un lingot d’or de 10 onces coûtant presque 18 000$ s’était avéré être une contrefaçon. Cette découverte avait été faite par le négociant Ibrahim Fadl, qui avait acheté le lingot PAMP en question à un marchant qui lui avait déjà vendu de l’or auparavant. « Mais il avait entendu dire que de faux lingots d’or étaient en circulation, alors il a percé plusieurs de ses lingots, valant 100 000$, et y a trouvé du tungstène gris et pas d’or. Le lingot était rempli de tungstène, matériau qui pèse à peu près aussi lourd que l’or mais ne coûte qu’un peu plus d’un dollar l’once. »

 

Ce qui rend l’affaire plus tordue c’est qu’un lingot d’or authentique est acheté avec le numéro de série et les papiers nécessaires, pour être ensuite vidé : l’or est vendu et remplacé par le tungstène à l’intérieur du lingot qui est ensuite refermé. C’est une opération sophistiquée.

MTB, le fabricant suisse à l’origine des lingots, a déclaré que les clients devraient seulement acheter à des marchands réputés. Le problème, admet-il, est que Ibrahim Fad est un marchand très réputé.

Raymond Nessim, de CEO Manfra, Tordell & Brookes, a dit avoir signalé la situation au FBI et aux serices secrets.

Les services secrets, qui traitent des affaires de contrefaçon, ont déclaré être en train d’enquêter.

Et la panique se répand lorsqu’on se rend compte que, potentiellement, n’importe quel lingot d’or au monde, pas uniquement en Europe et en Australie, qui ont déjà eu affaire de très près aux faux en tungstène, mais aussi à New York, peuvent avoir été vidés et ne plus valoir que quelques dollars. Ce qui, tristement, s’accorde s’il l’on prend en compte notre histoire principale d’hier soir, qui était la prise de conscience qu’une quantité inconnue de minerai de fer chinois n’avait soit jamais existé ou bien s’était tout simplement évaporé et ne servait désormais plus de caution stable aux diverses dettes circulant dans le brouillard électronique. Après tout, seulement le plus naïf d’entre nous pourrait encore croire que l’or est sacrosaint quand n’importe quelle autre classe d’actifs est diluée à l’infini par un régime qui ne manquera pas d’argent avant très longtemps.

Il en va de même pour les transaction à base d’or sur la 47ème rue Ouest : observez ce marché d’arrêter progressivement au moins pour le temps qu’il faudra avant d’oublier ce scandale.

La seule question restante sera combien d’or situé 90 pieds sous le 33 Liberty street s’est fait tungstèniser. Quoiqu’il en soit, il est probable que nous n’en sachions jamais rien.

Voici à quoi ressemble un regard au cœur de la contrefaçon aurifère.

une once rempli de tungsten_une once rempli de tungsten_1