Les métaux précieux sur terre

meteoresThéories sur la présence de métaux précieux sur la terre

Selon des hypothèses scientifiques, notre planète terre résulterait de la collision entre des planètes ou encore d’un bombardement de météorites et se serait formée Il y a 4 milliards d’années. Les métaux précieux tels que l’or et le platine, présents depuis toujours, attesteraient de cette hypothèse d’après une étude réalisée à l’université de Bristol.

Les composants de notre précieuse planète se seraient accumulés et agrégés, la collision des corps célestes à l’échelle de la planète Mars auraient entraîné un phénomène de chaleur qui aurait alors fait fondre les divers éléments chimiques. Les éléments chimiques fondus auraient ainsi constitués l’océan de magma, séparant les éléments de fer en fusion des silicates, ces minéraux qui constituent 97% de la croûte terrestre et reposerait désormais au premier fondement du centre de la Terre. Si l’on suit cette théorie scientifique, les métaux précieux (éléments sidérophiles) auraient été attirés par le magma ce qui expliquerait pourquoi l’on ne trouve pas d’or á la surface de notre planète mais seulement sous la croûte terrestre d’où la nécessité d’extraire de l’or des mines.

La présence des métaux précieux dans le manteau terrestre

Le trésor reposerait à 3000 km de profondeur, cependant la concentration des métaux précieux dans notre manteau terrestre est bien plus élevée qu’elle ne devrait l’être alors peut-on réellement affirmer cette hypothèse ? D’autres études menées par les scientifiques ont démontrés que l’attirance de ces sidérophiles et donc des métaux précieux pour le fer en fusion aurait fortement diminuée car ces sidérophiles auraient été soumis aux différentes pressions exercées par les différences de températures des océans de magma.

Cependant, d’autres chercheurs ont évoqué de nouvelles hypothèses, énonçant l’idée d’un bombardement tardif qui aurait été provoqué par d’autres météorites plus petites, ajoutant de 0,5 % à 1 % de matériaux supplémentaires à notre planète. Le fer liquide ayant circulé au cœur de la terre, l’or et les métaux précieux n’auraient pas pu être attirés par le fer étant à une distance trop importante et seraient par conséquent resté á la surface de notre planète. Une hypothèse plausible qui reste cependant à valider tant qu’elle n’a pas été contredite par une autre hypothèse.

Le tungstène comme indice

Bien que des preuves tangibles aient été avancé á ce sujet, nous ignorons à l’heure actuelle si ce bombardement tardif de petites météorites ait été à l’origine de la présence des métaux précieux sachant que leur quantité relativement importante dans la croûte terrestre reste encore á justifier. C’est donc une équipe de l’université britannique de Bristol qui a eu l’idée de mettre à l’épreuve ces hypothèses en procédant á une analyse rigoureuse des variations de tungstène (métal de transition caractérisé par sa grande résistance) et que l’on retrouve à la surface de la terre. C’est en prélevant des échantillons de tungstène ayant un isotope de 182 variant selon certaines zones qui en toute vraisemblance auraient échappé au bombardement des météorites.

Selon le planétologue Thorsten Kleine, cette étude serait révélatrice d’un bombardement tardif. Pourtant, les roches d’Isua se situant au Groenland et datant de plus de 3,8 milliards d’années n’ont pas subi les impacts de ce bombardement tardif et devraient en toute logique être composés très faiblement en matières sidérophiles mais étrangement elles en sont en partie composé.

Source Images : Getty Images

 

terre

 

Add a Comment

Your email address will not be published.