Le Japon, les professionnels de l’or

feuille d orOn a auparavant expliqué que la feuille d’or était obtenue à la suite de battage d’or, qui consistait en plusieurs étapes jusqu’à ce que la feuille d ‘or obtienne une épaisseur très fine.

Au Japon, les professionnels de l’or ont réussi à réduire la feuille d’or jusqu’à 10 000e de millimètre grâce à un papier washi spécial. L’éclat de la feuille d’or est encore plus clair et pur, en donnant ce sur quoi elle est appliquée, pavillon d’or à Kyoto, statue bouddhique, kimono, paravent, une clarté inégalable. Elle est également utilisée dans l’artisanat pour la vaisselle et les objets décoratifs, mais aussi dans les produits cosmétiques.

Presque toute la production de feuille d’or vient de la ville de Kanazawa au Japon, qui ont cette tradition depuis le 16e siècle. L’aparavent orlliage d’or est avec de petites quantités d’argent et de cuivre. Le Japon et réputé pour faire les feuilles d’or les plus fines, jusqu’à ce que l’on voit à travers. Pour cela ils utilisent la technique du battage de l’or mais par un processus répétitif et en utilisant une machine appelée hakuda-ki, frappant jusqu’à 700 coups la minutes, les Japonais obtiennent une feuille très fine. Mais le secret ne réside pas seulement ici, les Japonais utilisent ce qu’on appelle traditionnellement le papier washi ou ganpi-shi, qui est mis à trempé dans une mixture composée de soude, de jus de plaquemine et d’œufs de poule. Ensuite ce papier est doucement écrasé avec l’outil hakuda-ki, afin de rendre la feuille d’or aussi fine que du papier à cigarette. La feuille d’or est ensuite placée dans des feuilles de papier satiné afin de la rendre parfaitement lisse. La feuille d’or devient si mince qu’elle se désintègre si elle est frottée entre les doigts.

Source image :(1) kanazawa-tourism(dot)com

Add a Comment

Your email address will not be published.